Matter, antimatter, negative energy, enigmas

When I had the scientific revelation, I did not have any notion of modern physics. These visions in universal matter persisted, and in spite of the lack of availability, in very little time, j’ai rempli plusieurs pages à la main d’une façon automatique. J’ai travaillé plus de quinze ans pour comprendre la signification de ces écrits, et pendant que je cherchais des points faibles pour la mettre à l’épreuve, je recevais des confirmations de leur véracité. Ils paraissaient irréfutables, comme une évidence.

Effectivement, cette vision est une révélation majeure. Elle se justifie par elle-même, par les théories existantes et les résultats des expériences. Les pressentiments de la plupart des grands scientifiques dans le monde font croire, qu’elle représente une nouvelle ouverture pour réaliser la grande unification tant recherchée depuis bientôt cent ans. Il s’agit plus exactement de la théorie quantique de la gravitation.

Il est vrai que, d’après certains scientifiques, le modèle standard construit de douze briques élémentaires n’explique pas l’origine, la charge, ni les valeurs des masses, ainsi que les apparitions et disparitions fantomatiques des particules. Dans des conditions particulières, lorsque la matière est observée à l’état d’énergie très élevée, toute la logique du comportement classique est bouleversée.

Personne n’a jamais pu isoler les quarks, qui font partie des briques du “Modèle Standard”, pour les observer. Il est pratiquement impossible de les faire sortir du noyau. En pénétrant dans le proton, les positrons font exploser en feu d’artifice, des gerbes de particules et des hadrons (constitués de quarks), mais pas de quarks séparés.

En outre, le proton étant composé de trois quarks, chacun doit porter un tiers de son impulsion. Or la totalité des quarks possède la moitié de l’impulsion totale. Certes, à part les gluons, existe toute une cascade de particules, autant virtuelles qu’eux, ainsi que leurs antiparticules. Cela n’est pas suffisant pour expliquer le phénomène.

Les particules virtuelles ont une vie éphémère et indéfinissable, impossible de les isoler pour les étudier, elles sont appelées aussi “fluctuations quantiques”, en pensant qu’elles naissent du vide. A l’intérieur de la matière bouillonne une “mer” d’activités explosives d’apparitions, de disparitions et de métamorphoses stupéfiantes.

En persistant pour séparer des quarks, à l’aide d’une énergie supplémentaire, elle sera détournée et servira à “ matérialiser “ des particules virtuelles, alors apparaîtront de nouveaux hadrons.

D’ou viennent les particules virtuelles ? Que devient la loi de la conservation de l’énergie ?

Plus on pénètre au cœur de la matière, plus la densité d’individus virtuels augmente. Quelle danse vertigineuse ! Le nombre des populations internes dépend donc de l’échelle de l’observation. La matière a-t-elle une structure “fractale” ? Tout comme une génération d’individus : la première, étant celle des atomes, suivis par les protons et neutrons, suivis à leur tour par les trois quarks de valence, et ainsi de suite, de plus en plus nombreux...

La raison toute seule n’est pas capable d’éclairer tous les recoins obscurs des énigmes complexes de la matière. Une approche globale est indispensable à la connaissance.

Outre les particules de matière naissent celles de l’antimatière. Les propriétés physiques des particules de l'antimatière, comme la charge électrique ou le magnétisme, sont opposées à celles des particules de la matière. Au contact avec ces dernières elles se désintègrent mutuellement. Et pourtant les antiparticules existent, elles apparaissent spontanément à partir du vide quantique. La coexistence des particules et des antiparticules est-elle réelle ?

Les physiciens ont bien conscience de ce principe fondamental. D’ailleurs la “théorie de la “supersymétrie”, qui est une des différentes hypothèses modernes, propose l’idée selon laquelle toutes les particules élémentaires auraient des partenaires “supersymétriques”, comme les squarks, les sélectrons etc., assemblés dans des “boules Q” cachées quelque part dans l’univers. Leur rencontre avec la matière, représenterait une source d’énergie fabuleuse : “l’énergie supersymétrique”, qui pourra servir en tant qu’énergie propre. Pour l’instant ces antiparticules accumulées quelque part dans l’espace n’ont jamais été découvertes. En revanche, lors des collisions provoquées, on observe des transformations de photons en électrons et antiélectrons.
Alors, nous pouvons supposer que l’antimatière est présente ici et maintenant.

L’infiniment grand et l’infiniment petit ne s’arrêtent pas à la frontière de l’apparence, de l’observable. Et c’est là que tout se complique, car à ce niveau l’espace et le temps sont confondus dans une dimension universelle de l’Essence.

Depuis si longtemps les hommes savent, qu’à toute particule de matière correspond une particule d’antimatière, mais personne ne sait où se cache l’antimatière. Personne n’a trouvé un signe, qui pourrait révéler son existence. Pourquoi personne ne la voit ? Si chaque particule a son antiparticule, la matière devrait avoir une image symétrique. Même le neutron, qui est électriquement neutre a son antineutron, dont le moment magnétique est inversé par rapport à celui de neutron.

A travers la lecture de mon livre, vous allez pouvoir situer l’antimatière et comprendre sa présence indispensable. Pourquoi la nature aurait-elle façonné un monde unilatéral ? Si les lois de la physique sont symétriques, je dois déduire que, la quantité d’antimatière identique à la matière existe ici et maintenant.

Vu à l’échelle subatomique la matière ne subit plus les lois connues de tout le monde. Par exemple la loi de la conservation de Lavoisier: “rien ne se crée, tout se transforme” est violée, car le choc entre deux particules produit un nombre de nouvelles particules bien supérieur. Dans mon livre vous verrez qu’elle n’est pas vraiment violée.

Quel est l’aspect de la matière vu par la physique moderne ? Que signifie sa vacuité ? La matière n’est que le vide sillonné de champs de particules possibles. Les électrons, neutrons, protons, et leurs constituants multiples, toute cette population considérable flotte dans le vide sans support, sans forme définie, ni position fixe, jusqu’à ce que l’observateur décide de la scruter. Quelle est la vraie réalité ? Est-elle existante ou forgée par notre perception ? La matière ne semble pas exister objectivement. En outre, la difficulté de différencier, manipuler ou séparer les particules met des obstacles infranchissables à l’observation. La réalité serait plutôt une abstraction, remplie de symboles accommodés, capables d’exprimer les relations mathématiques du monde subatomique. La matière est-elle dématérialisée, est-ce l’observation qui lui donne existence ?

Cette réalité abstraite pourrait être exprimée comme quantité A (x, y, z, t). Ce sont bien sûr les trois dimensions de l’espace et celle du temps. Que représentent les dimensions par rapport au vide ? Le vide est-il le néant ? Grâce à mon ouvrage, nous allons connaître le vide peu à peu avec la progression de la lecture.
L’équilibre de notre Univers, constitué de particules à charge baryonique positive est-il maintenu ou condamné à s’écrouler et anéantir le monde ? La réponse se trouve enfermée dans l’espace invisible, où gouverne une force énigmatique, que nous allons rencontrer souvent, car ses sonorités subtiles amplifient toutes les vibrations universelles.

L’antimatière se manifeste en corpuscules, comme la matière; à l’électron correspond l’antiélectron ou positron, au proton, l’antiproton et les antiparticules ont des charges opposées à celles des particules de la matière. Des réactions d’annihilation se produisent spontanément dans la nature, ainsi la symétrie matière – antimatière est considérée par les physiciens comme un phénomène naturel depuis longtemps.

Grâce aux accélérateurs de particules les scientifiques produisent une faune impressionnante de populations de couples. Un vrai feu du ciel. Sommes nous faits de matière, que ce soit de poussière d’étoiles ou poussière de terre, nous ne pouvons pas ignorer aujourd’hui l’éminence de l’énergie. Sa nature nous réserve bien des surprises.


Vous avez la possibilité de connaître la suite de cette étude. L’essentiel est dans mon livre « Voyage au-delà de l’Infini » (version de luxe) Vous allez découvrir la Théorie de la Totalité universelle, qui devient également une Théorie scientifique de la conscience. Si vous voulez connaître la solution finale de cette étude, ainsi que l’équation universelle, et la Théorie de la grande unification contactez-moi !

Mad-Jarova est une artiste à notoriété internationale. Artiste-peintre et sculpteur, elle est depuis son enfance visionnaire. Ses œuvres en témoignent. Ses visions scientifiques sont le fruit de son don naturel d’intuition et de vision globale des phénomènes. Sa découverte scientifique a été réalisée en 1985.

Dépôt légal : n° 3609 du 16 10 1990 et n°2000.03.0014 du01.03.2000
Son livre « Voyage au-delà de l’Infini » Editions Opéra, a été publié en 2001.